Verre de sécurité

La notion même de sécurité englobe plusieurs concepts :
– la sécurité des personnes contre les blessures provoquées par des morceaux de verre
– la sécurité des personnes contre les risques de chute au travers d’un vitrage
– la protection contre le vandalisme
– la protection contre les effractions
– la résistance aux armes à feu et aux explosions
– la résistance au feu

Un verre est dit de sécurité lorsqu’il possède des caractéristiques propres susceptibles de réduire certains des risques précités.
Le verre armé (verre dans la masse duquel est incorporé un treillis métallique), le verre durci, le verre trempé chimique et les verres recuits (même épais) ne sont pas des verres de sécurité.

Il existe essentiellement deux types de vitrage sécurité : le verre trempé thermiquement et le verre feuilleté, décrits dans les chapitres suivants.


Le verre trempé thermiquement

Le verre trempé est un verre qui a subi un traitement thermique pour modifier sa résistance mécanique et sa formation de rupture (le verre trempé offre 3 à 5 fois plus de résistance qu’un verre float ordinaire). À cette fin, le verre est chauffé à environ 650 °C avant d’être brutalement refroidi par de l’air froid.

En raison de ce refroidissement rapide, des contraintes mécaniques apparaissent dans le cœur du verre à mesure que la surface se refroidit plus rapidement que le noyau. Cela crée une tension de pression permanente dans le verre, ce qui donne au verre une résistance accrue aux contraintes mécaniques et thermiques et aux caractéristiques de fragmentation prescrites. Lorsque le verre se brise, il se désintègre en petites particules non coupantes qui sont plus petites que le verre floaté.

Le verre trempé ne peut plus être coupé ou traité. Il se retrouve principalement dans des applications telles que les portes, parapets, parois de douche, murs, etc…
Grace à sa fragmentation en petits bouts non coupants, le verre trempé prévient les risques de blessures, mais n’empêche pas les gens de tomber au travers d’une vitre.

gebroken gehard glas
glaskorrels

Verre feuilleté

Le verre laminé est obtenu en fusionnant deux ou plusieurs plaques de verre qui sont reliées les unes aux autres par une ou plusieurs couches intermédiaires sur toute leur surface. Ce sont généralement des films de polyvinylbutyral, communément appelé « PVB », mais d’autres matériaux peuvent également être utilisés.

Le verre laminé est un matériau composite qui unit à la fois les propriétés du verre et de l’intercouche utilisée (adhérence au verre, élasticité, résistance à l’impact).
Le verre feuilleté avec une feuille intermédiaire en PVB est fabriqué par un processus de laminage suivi d’un traitement dans un autoclave dans lequel, sous haute pression et températures, une bonne adhérence du verre à la couche intermédiaire est assurée et l’ensemble devient transparent en enlevant l’air clos entre la feuille de verre synthétique et le verre.
Lorsque le verre se brise, les éclats de verre restent coller à l’intercouche, ce qui prévient les chutes à travers le verre.

Le verre feuilleté est principalement utilisé comme verre de sécurité lorsqu’il y a un risque élevé de défaillance de la personne ou lorsque des éclats de verre qui tombent peuvent blesser des personnes, par exemple sur le toit.
L’accord de codage du verre laminé est le suivant : les premiers chiffres montrent l’épaisseur de chaque feuille de verre utilisée. Le nombre suivant le point montre le nombre de films PVB de 0,38 mm d’épaisseur. Par exemple, un vitrage de 66,2 se compose de deux feuilles de verre de 6 mm
séparés par deux films PVB de 0,38 mm.